Michaële-Andréa Schatt, "Shadow of Blue", Galerie Isabelle Gounod, Paris, 2020.
Vue de l'exposition. Photographie : Rebecca Fanuele
Exposition
Gratuit
Peinture
Sculpture

Shadow of Blue Michaële-Andréa Schatt

-

Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
France

Le bleu c’est l’obscurité qui devient visible, disait Derek Jarman.

Et l’ombre, selon Augustin, est la reine des couleurs.

"Blue" est le titre du dernier long métrage de Derek Jarman, un testament filmique uniformément bleu.

"Shadow of Blue" est le titre de l’exposition de Michaële-Andréa Schatt.

Une couleur en guise de fil conducteur entre les peintures, dessins et céramiques de l’artiste française et l’œuvre ultime du réalisateur britannique, qui à la fin de sa vie ne décelait plus que ce ton saturé, primaire et froid. Définitivement associé au ciel et à la mer et par conséquent à l’infini, le bleu n’a pas de dimensions, il va bien au-delà de la vision.

Par exemple, du dehors vers le dedans, en suivant un rituel que Michaële-Andréa Schatt qualifie de retournement de l’image peinte. Car "il y a les stratégiques et les stratifiés", a-t-elle coutume de déclarer. Et assurément, elle se situe du côté des seconds, mêlant des fragments empruntés au passé comme au présent suivant un protocole immuable : elle dessine des paysages d’après nature avant de superposer à cette cartographie tracée à la plume et à l’encre de chine, des motifs peints sur calque à l’atelier. Au-dessus ou en dessous, de la réalité à sa transposition, de l’apparition vers la disparition [...]

Sabrina Silamo, journaliste et critique d’art (février 2020, extrait)

Visite de l'exposition en photo