menu
Eska Kayser
Eska Kayser

Eska Kayser

(11 Septembre 1936)

Tout l'œuvre sur papier (1960-2020)

Très jeune, Eska Kayser aime dessiner à la plume, à l’encre de chine.

Dès le lycée, à Nancy, elle suit les cours de dessin, le soir, à l’École des Beaux-Arts, puis la fréquente deux ans en tant qu’étudiante ; elle se présente à l’École des Beaux-Arts de Paris, section peinture, et en sort avec le Grand Prix de Rome, en 1963. Parallèlement, elle suit des cours d’Histoire de l’Art à la Sorbonne. Elle fréquente avec bonheur musées et galeries parisiennes.

Figurative-libre, alors que la mode est à l’abstraction, isolée, elle peint ce qui lui est proche : la femme qui regorge d’amour. Ses rondeurs, son ventre et son mystère. Ses femmes osent, obstinées à se réaliser malgré les attributs qui lui sont collés ; elles sont crucifiées, suppliciées dans l’accomplissement de leurs désirs souvent contradictoires.

Elle se laisse immerger par les événements que la radio relate, impressionner par les lectures, les spectacles, la musique. Il y a la souffrance humaine, elle la peint, souvent l’humour la côtoie.

Tendresse, duplicité, incommunicabilité, jalousie, besoin d’écraser l’autre, dérision, dépassement de soi. Les êtres en latence rencontrent des visages murés.

Nimbées de surréalisme, ses images ne se livrent pas au premier coup d'œil ; elles demandent écoute et attention.

Partager