menu

Robert Malaval

Son
histoire

NÉ LE 29 Juillet 1937 MORT LE 17 Août 1980
YEUX Verts
TAILLE 1m80
 

Il est difficile de raconter la vie d'un artiste comme Malaval des années après sa mort. D'abord parce que les traces qu'il a pu laisser s'effacent peu à peu de la mémoire de ceux qui l'ont connu. Aussi parce qu'il y a la question du "Je", des documents que l'on garde, de ceux que l'on jette, des failles intimes que l'on dissimule. Encore et surtout parce que parler d'un artiste comme Robert Malaval, c'est approcher le mythe, côtoyer et valider ou non l'image de l'artiste maudit et tragique.

 

Une chose est sûre : Robert Malaval a traversé les années 60 et 70 avec la fulgurance d'une comète et la détermination du kamikaze. Son histoire, si brève soit-elle se fond avec l'esprit d'une époque : l'univers des Comics, l'esprit glamrock des Rolling Stones et la naissance du Punk. Peindre devient alors une gestuelle scénique. Et Robert Malaval devient le Fantôme. Et il vous salue bien.

 

Né avec l'Ecole de Nice, Robert Malaval demeure Inclassable. Il a innové, inventé et défriché une voie en zig-zag à travers l'histoire de l'Art : la sienne. elle flirte avec l'Art brut, le Pop art, le Happening, l'aménagement urbain et l'esthétique relationnelle.

 

Ce catalogue raisonné, en évolution constante, se veut un hommage le plus fidèle possible à cet artiste hors norme... C'est pourquoi nous laissons le plus possible la place aux témoignages de ceux qui l'ont connu, aux interviews écrites et aux documents sonores.

 

 

Le Fantôme de Robert Malaval vous salue bien !

 

Naissance à Nice de Robert Malaval le 29 juillet 1937. Il est le fils d'Auguste Malaval, ouvrier monteur chez Michelin et de Marie-Louise Ansaldi, employée du Crédit Lyonnais. Son père, sur ses loisirs, s'adonne à la peinture.

Robert Malaval enfant.
La Période du Lycée

1950_ Robert Malaval est au lycée Felix Faure de Nice. C'est aussi l'époque de la découverte des grottes de l'arrière-pays et des blockhaus désaffectés. A cette même époque, Robert s'investit dans la construction de modèles réduits d'avions et d'émetteurs-récepteurs.

Peinture et musique entrent dans la vie de Malaval

1953 - Robert a 16 ans. Mis à la porte du lycée Félix Faure, il entre alors en apprentissage pour devenir radio-électronicien et s'occuper d'un service de dépannage.

C'est aussi entre 1953 et 1955 que le rock et la peinture entrent dans la vie de Robert Malaval. Malaval roule en Vespa. Un ami rocker lui fait découvrir les bars à matelots de Villefranche : c'est là, que l'on peut entendre, grâce à la présence de l'armée américaine, les disques de Bill Haley et ses Comets. C'est aussi le moment où la déferlante Elvis Presley submerge le monde musical.

Un autre ami s'amuse à faire de l'art abstrait et lui montre son travail. Malaval se met à peindre, découvre Van Gogh et le Surréalisme.

La rencontre du destin avec Sapone : être peintre !

1955_ C'est à la faveur d'une question posée par un coiffeur que Robert Malaval se présente comme peintre. Celui-ci l'envoie rendre visite à un tailleur qui collectionne de l'art. Arrivé chez Sapone un matin, celui-ci est en train de couper un costume pour Magnelli. Sapone lui achète une toile et lui fait un costume.

 

1956_ En 1956, deux jeunes niçois, Malaval et Ben Vautier, créent une des premières boîtes de nuit à Nice. Le Grac se trouvait rue Spinetta. Ils prennent tous les deux en charge la décoration des lieux. Robert Malaval y accroche des toiles et Ben, déjà, y fait des écritures de couleur au bar. A cette époque, Malaval semble peindre des hommes derrière des barreaux.

 

C'est vers l'âge de 19 ans que Robert Malaval quitte Nice pour s'installer à Paris. Pendant deux ans, il vit de petits boulots et habite une chambre de bonne. Il commence alors à travailler la technique du lavis et vend des oeuvres à la terrasse des cafés pour subsister. « Vers l’âge de 19 ans, je suis parti, je suis venu habiter Paris pour la première fois. Pendant deux ans, là j’ai commencé à peindre, à me prendre pour un artiste, très fort. Et je pensais que c’était une voie maudite, que j’en tirerais jamais rien, je partais, non pas perdant, mais maudit (c’est plus chic). Je savais que je serais maudit à faire ça, que je n’en vivrais jamais, qu’il faudrait que je trouve des combines et tout. Et pendant deux ans, effectivement, j’ai vécu de combines et de travail : travail à mi-temps, travail comme font les étudiants, ou à temps complet mais en travaillant un mois et puis on vit deux. Car c’était possible de ne travailler qu’un mois sur deux à l’époque, maintenant ce n’est plus possible, si tu ne travailles qu’un mois sur deux, tu crèves de faim. Tu as juste de quoi payer ton loyer. Mais à l’époque on trouvait encore des trucs pas cher. J’habitais une chambre de bonne, donc je vivais effectivement misérablement et c’est vers cette époque à Paris que ma peinture s’est un peu formée, j’ai commencé à faire des lavis. J’ai passé deux ans à Paris, je ne suis jamais entré dans une galerie, c’était pour moi interdit. Je ne pensais pas que je pouvais oser montrer mes choses à des marchands. J’en ai vendu aux terrasses des cafés et j’ai fait trente six trucs pour vivre. »

 

1957_ Durant l'été, Robert Malaval rencontre Marie-Thérèse Mativet dans une auberge de jeunesse à Arles. C'est aussi durant cette année 1957 que Robert Malaval effectue son service militaire, en Corse, dans un régiment semi-disciplinaire. Il est réformé.

 

Huile sur toile, 60 x 73 cm, 1957.

1959_ Naissance de Christophe Malaval le 29 octobre 1959. 1961_ Naissance de Mathilde Malaval le 21 février 1961. Dans le courant de l'année 1961, Robert Malaval reçoit la visite d'Alphonse Chave. Il lui propose de l'installer à Vence et de lui donner un peu d'argent tous les mois. Un premier contrat pour Robert Malaval qui démarre la même année la série de l'Aliment Blanc. C'est aussi à cette période qu'il rencontre Louis Pons et André Labarthe, critique de cinéma et qui était alors producteur d'émissions de télévision. Dans ce cercle resserré d'amis et de contacts figure également un antiquaire de Forcalquier appelé Lulu.

 

Ces amis le soutiennent et lui font connaître des amateurs d'art, principalement parisiens.

 

Cette même année 1961, Malaval obtient sa première exposition personnelle. Intitulée Peintures Reliefs, elle se tient Galerie Alphonse Chave à Vence du 1er au 22 avril 1961.

 

1962_ Exposition personnelle, Galerie Alphonse Chave à Vence, du 7 au 21 avril 1962. Intitulée "Les envahissements de l'Aliment Blanc", cette exposition constitue la première présentation publique des Aliments Blancs.

©
Marie-Thérèse, Robert, Christophe et Mathilde Malaval, 1963.

1963 - L'Aliment Blanc cultivable Défrichant la thématique de l'Aliment Blanc, Robert Malaval met au point le concept de l'Aliment Blanc cultivable. Ces oeuvres sont des objets ou des moulages que la stéarine d'une bougie envahit quand son propriétaire l'allume.

 

1964 - Galerie de l'Université, Paris Exposition personnelle, Dessins et Schémas, Galerie de l'Université, Paris, 1964.

 

1964 - The Alan Gallery, New-York Exposition personnelle, l'Aliment Blanc, dessins et sculptures, New-York, 1964.

 

L'arrivée dans la capitale

1964 - Installation à Paris Robert Malaval quitte la Provence et s'installe à Paris. Il se remet alors au dessin.

 

1965 - une période consacrée aux dessins Les années 1965 et 1966 sont une période où Robert Malaval se montre particulièrement prolixe en matière de dessins. il dessine alors des mécanismes, des armes, des projets pour le Carnaval de Nice, etc. C'est aussi à cette période qu'il entreprend la série Anne.

 

1965 - Galerie Alexandre de la Salle, Vence Exposition personnelle, Galerie Alexandre de la Salle, Vence : "L'Aliment Blanc, dessins".

 

1966 - Galerie Alexandre de la Salle, Vence Exposition personnelle, "L'Aliment Blanc, sculptures, Galerie Alexandre de la Salle, Vence.

 

1967 - Galerie Yvon Lambert, Paris Exposition personnelle pour présenter la refonte du Parc de Saint-Cloud, Galerie Yvon Lambert, Paris 13 mai 1967. L'origine de ce projet est à chercher dans le fait qu'il occupe la maison du gardien de Montretout, Parc de Saint-Cloud.

 

1967 - Bernadette Lafont Robert Malaval vit avec Bernadette Lafont.

 

1967 - Galerie Yvon Lambert, Paris Exposition personnelle nommée Tableaux (rose et mauve), Galerie Yvon Lambert à Paris, octobre 1967.

 

1967 - Voyage à Londres Voyage de 48 H à Londres avec l'écrivain Jean-Jacques Schuhl qui n'a pas encore publié son Rose Poussière. Au cours de ce voyage, Robert Malaval reste une journée complète au lit.

Robert Malaval dans un taxi londonien.

1968 - Galerie Aronowitsch, Stockholm Exposition personnelle, "Tableaux (rose et mauve)", Galerie Aronowitsch, Stockholm.

 

1969 - 100 demi-heures de dessin quotidien Robert Malaval entreprend la production de 100 demi-heures de dessin quotidien en réponse à son écoeurement du dessin "bien fait". Pendant 3 mois, Malaval investit chaque jour un espace de 13,5 x 13,5 cm. La diamètre de la plume est indiqué sous chaque dessin : 1.25, 1.5 ou 2 mm.

1969 - Projet Rolling Stones C'est à cette période que Robert Malaval prépare son ouvrage sur les Rolling Stones.

 

1970 - Un disque en préparation Robert Malaval prépare un disque de Rock. Un conflit avec la maison Barclay empêche la sortie de ce disque.

 

1971 - Les Stones à Villefranche-sur-Mer Robert Malaval rend visite aux Stones alors en pleine session d'enregistrement pour l'album Exile on main Street, Villa Nelcotte. Ces moments sont immortalisés par le tout jeune photographe Dominique Tarlé. Les Stones ont alors le statut d'exilés fiscaux et ont choisi la France comme terre d'accueil.

 

1971 - Connexions de Françoise Choay A cette époque, Robert Malaval s'intéresse énormément à l'édition et à la mise en page. Il crée les illustrations pour Connexions de Françoise Choay, suivi de Que faire d'un espace abstrait de Jean Desanti.

 

1971 - centre national d'Art contemporain, Paris Exposition personnelle intitulée Transat - Marine - Campagne - Rock'n'roll expérience d'animation + 100 demi-heures de dessin quotidien, au centre national d'Art contmporain (CNAC), du 5 octobre au 1er novembre 1971. Durant cette période, Robert Malaval partage les locaux du CNAC rue Berryer avec Rancillac.

 

1971 - Galerie Daniel gervis, Paris Exposition "L'Aliment Blanc + 3 éditions", organisée à Paris par Daniel Gervis à partir du 7 octobre 1971.

 

1972 - Concours Evry II En 1972, Robert Malaval participe avec l'équipe de Claude Bernard au projet de concours d'Evry II, ville nouvelle.

 

1972 - Atelier A Robert Malaval participe à l'Atelier A, créé par François Arnal. Malaval réalise une lampe néon ampoule, une tige de néon souple qui reproduit le dessin simplifié d'une ampoule. Il réalise dans la même période une table émaillée en rose et mauve.

 

1972 - Boîtes Métal Production Robert Malaval accepte l'invitation de Boîtes Métal Production, une association créée en 1964 pour promouvoir le fer blanc. En 1972, l'association réunit une vingtaine d'artistes dont Devade, Godin, Kallos, Laks, Mohr, Mongillat, Neiman, Pierrakos, Raza, Risos, Sabatier, Satie. Robert Malaval crée en cette occasion un ensemble table et tabouret argentés.

 

1972 - Exposition Wool Art Avec le sous titre " 36 artistes et la laine", l'exposition aborde clairement son intention de placer les artistes au coeur de la société. A cette occasion, Robert Malaval dessine un cache coeur angora qu'il réalise avec sa compagne Véronique Blanchard qui possède une marque intitulée Veromino.

 

1972 - Jean-Charles de Castelbajac Robert Malaval fait la connaissance de Jean-Charles de Castelbajac après une soirée chez Chantal Thomas à Montfort l'Amaury.

 

1972 - Galerie Daniel Gervis, Paris Exposition personnelle Galerie Daniel Gervis, "Eté pourri - Peinture Fraîche". Ouverture de l'exposition le 26 octobre après un été à travailler à cette exposition dans le Morvan.

 

1973 - Galerie Daniel Gervis, Paris Exposition personnelle "Multicolor", Galerie Daniel Gervis à Paris à partir du 20 septembre 1973.

 

1974 - Galerie Shandar, Paris La Galerie Shandar ouverte par Chantal dArcy à Paris est un lieu atypique, alors le seul à Paris à promouvoir la musique minimaliste de Terry Riley ou Pandit Pranat. Chantal d'Arcy accepte de présenter au cours d'une exposition l'ensemble des sérigraphies réalisées par Robert Malaval sur les Rolling Stones. La sérigraphie Rolling Stones Rock Prints a été éditée par l'atelier Laage à Ramatuelle. Patrick de Laage, collectionneur et ophtalmologue, invite Robert Malaval à réaliser le projet de son choix dans l'atelier de sérigraphie qu'il a ouvert à Ramatuelle. Robert Malaval accepte et travaille avec le sérigraphe de l'atelier : René Richier. 1974 - Projet La Défense Préparation du projet pour la Défense, résumé en un ensemble de dessins sensés changer définitivement notre environnement.

 

1974 - Galerie Sapone, Nice Exposition personnelle "Poussières d'étoiles", Galerie Sapone à Nice à partir du mois de décembre 1974. Ces toiles ont été conçues et réalisées dans l'atelier de Robert Malaval à Pigalle, de Juillet à Septembre 1974. 1975 - Kamikaze fin du Monde Lancement du cycle Kamikaze fin du Monde par une édition de sérigraphies sur des tee-shirts de Bernard Carazzo.

 

1975 - Maison Bleue, Saint-Tropez Exposition personnelle "Kamikaze fin du Monde" (phase 1), à la maison Bleue à Saint-Tropez.

 

1975 - Maison de la Culture d'Amiens Animation sonore "Transat-Marine-Campagne", Maison de de la Culture d'Amiens. 1976 - Période d'écriture Durant l'année 1976, Robert Malaval délaisse la peinture au profit de l'écriture.

 

1976 - Téléphone Robert Malaval assiste à un des premiers concert du groupe Téléphone.

 

1977 - Galerie Lavuun, Gand Exposition personnelle "Kamikaze fin du Monde" (phase 3), Galerie Lavuun, Gand.

 

1977 - Galerie Beaubourg, Paris Exposition personnelle " De multicolor à Kamikaze", Galerie Beaubourg, Paris.

 

1978 - Galerie Sapone, Nice Exposition personnelle "Pastel Vortex", Galerie Sapone à Nice à partir du 10 novembre 1978. Cette série, entièrement réalisée sur papier, a été produite alors que Robert Malaval vit chez des amis musiciens à Carrière-sur-Seine.

 

1979 - Maître Binoche, Espace Cardin, Paris Show public et vente le 29 mars 1979 à 21H à l'espace Cardin, Paris. Pendant la vente organisée par Maître Binoche, Robert Malaval peint en live "Sulfurick Rock", comme un groupe de rock interprète un morceau sur scène.

 

1979 - Installation de la Salle-Marine au Forum des Halles, Paris Installation de la Salle-Marine au Forum des Halles, Paris. Dans le cadre du premier mois de fonctionnement du Forum, une des interventions principales est la création d'une salle Marine où l'on peut venir se relaxer sur des transats et écouter la mer en 4 dimensions sonores.

 

1979 - Galerie Katia Pissaro Exposition collective nommée Entracte. Elle réunit une dizaine d'artistes fédérés par Robert Malaval. Parmi eux, Baladi, Carotenuto, Vivien Isnard, Robert Malaval, Ozenda, Mansouroff, etc.

 

1979 - Light show, Claridge, Paris Projection pour animer la façade du Claridge à Paris. La façade, le trottoir et le public se retrouvent constellés de poussières d'étoiles.

 

1979 - Galerie Samy Kinge, Paris Exposition personnelle, Galerie Samy Kinge, Paris en 1979 du 10 octobre à fin novembre 1979. 1980 - Retour à Paris Robert Malaval revient à Paris. 1980 - Galerie d'Art international, Paris Exposition personnelle "Flashback", Galerie d'Art international, Paris.

 

1980 - Galerie Phoïbos, Paris Exposition personnelle "Kamikaze Rock" (inédits), Galerie Phoïbos, rue de Condé à Paris.

 

1980 - Maison des Arts et de la Culture André Malraux, Créteil Exposition personnelle à la Maison des Arts et de la Culture André Malraux de Créteil, du 13 mai au 29 juin 1980. "Attention à la peinture - Exposition Pirate" est une exposition majeure pour l'artiste. Danger maximal : il y peint en public, renouvelant ainsi l'expérience initiée à l'Espace Pierre Cardin lors de la vente orchestrée par l'étude Binoche.

 

1980 - Décès de Robert Malaval Robert Malaval choisit de mourir le 8 ou 9 août 1980 dans son atelier, au 15 rue du Pont Louis-Philippe à Paris.

 

1981 - Galerie Alexandre de la Salle Exposition personnelle, "100 demi-heures de dessin quotidien et dessins d'Aliment Blanc", Galerie Alexandre de la Salle, Saint-Paul.

 

1981 - Musée d'Art moderne de la ville de Paris Exposition personnelle, ARC, Musée d'Art moderne de la ville de Paris.

 

1982 - Centre artistique de rencontres internationales de Nice Exposition personnelle, Centre artistique de rencontres internationales de Nice.

 

1982 - Galerie d'Art contemporain des musées de Nice Exposition personnelle "Paillettes", Galerie d'Art contemporain des musées de Nice.

 

1982 - Maison de la Culture de Rennes Exposition personnelle, Maison de la Culture de Rennes.

 

1983 - Galerie Chappe Lautier, Toulouse Exposition personnelle, Galerie Chappe Lautier, Toulouse.

 

1984 - musée des Beaux-Arts de Chartres Exposition personnelle au musée des Beaux-Arts de Chartres intitulée "L'Oeuvre gravée et multiples de Robert Malaval".

 

1984 - Centre Noroît, Arras Exposition personnelle, Centre Noroît, Arras.

 

1985 - Galerie Baudouin Lebon, Paris Exposition personnelle "Robert Malaval : lavis 1959-1961 et tableaux 1976-1980, Galerie Baudouin Lebon, Paris.

 

1986 - Galerie Nadine Blum, Paris Exposition personnelle "Oeuvres sur papier, circa 1976-1980", Galerie Nadine Blum, Paris.

 

1987 - Galerie Maurice Keitelmann, Bruxelles Exposition personnelle, "Tableaux 1977-1980", Galerie Maurice Keitelmann, Bruxelles.

 

1988 - Galerie Sapone, Nice Expositon personnelle "Tableaux 1975-1980", Galerie Sapone, Nice. 1989 - Exposition itinérante Exposition personnelle itinérante "Malaval : Paillettes et pastels 1973-1980" organisée par Présence de l'Art contemporain à Angers. Après Angers, l'exposition traverse Nantes, Niort, Rennes, Laval, Cholet, Langres, Saumur, Saint-Jean-de-Monts, Guérante, Blois, Le Mans, Dôle et Evry.

 

1991 - Galerie Baudouin Lebon, Paris Exposition personnelle, "Paillettes et Pastels", Galerie Baudouin Lebon, Paris.

 

1991 - Théâtre municipal de Saint-Brieuc Exposition personnelle, "Paillettes et Pastels", Théâtre municipal de Saint-Brieuc.

 

1992 - Galerie Touchaleaume, Paris Exposition personnelle, "L'Aliment Blanc et autour de l'Aliment Blanc", Galerie Touchaleaume, Paris. 1993 -

 

1996 - Exposition itinérante "Attention à la peinture", exposition personnelle et itinérante présentée à Cherbourg, Bourges, Nevers, Le Creusot, Thonon-Evian, Montigny-le-Bretonneux, Narbonne, Amiens et Mont-de-Marsan.

 

1996 - Musée d'Art moderne et d'Art contemporain, Nice Exposition rétrospective, Musée d'Art moderne et d'Art contemporain, Nice.

 

1996 - Galerie Rachlin - Lemarié, Paris Exposition personnelle "L'Aliment Blanc", Galerie Rachlin - Lemarié, Paris.

 

"J'ai eu envie de faire des toiles qui soient aussi rapides, aussi instantanées que la musique (...). Toute la mystique qui entoure le tableau, je n'y crois plus. C'est pourquoi je me suis mis à peindre comme on fait des chansons, je joue un dessin, je le chante. Le losange dans le rectangle de la feuille de papier c'est une structure très simple comme les 12 mesures du blues. J'essaie de trouver l'équivalent en peinture."

Les expositions