menu

Toni Grand

Son
histoire

NÉ LE 2 Février 1935 MORT LE 29 Novembre 2005
 

Sculpteur français, né le 2 février 1935 à Gallargues-le-Montueux (Gard), Toni Grand s’installera dans les années 60 à Mouriès et restera résolument attaché à la Camargue jusqu’à la fin de sa vie.

Il fit des études littéraires à Montpellier, puis étudia un an aux Beaux-arts de la même ville. Toni Grand apprend le métier dans différents ateliers de sculpteurs à Paris dans les années 1960, en particulier chez Marta Pan. Il y perfectionne ses connaissances techniques.
Il découvre le mouvement Supports/Surfaces lors de l'exposition de l'ARC en 1968. Même s’il fut proche de ce mouvement, particulièrement actif en 1970 et 71, les préoccupations de Toni Grand ne sont pas pour autant interprétables à l’aune des questionnements théoriques de ce mouvement. Cependant, il y a des concordances qui s’expriment dans l’usage même des matériaux.

Première exposition personnelle à la Galerie Eric Fabre, à Paris, en 1974. En 1986, il enseigne à l'École Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes avant de rejoindre l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1987 à 1993, puis celle de Marseille de 1994 à 2000.
Jusqu'à la fin des années 1960, installé dans le Mas du mouton à Mouriès (Bouches-du-Rhône), il travaille essentiellement le plomb, l'aluminium et l'acier avant d’adopter dans les années 1970 des matériaux simples et pauvres : bois, branches, planches. En rupture avec la sculpture traditionnelle, il veut rendre compte dans son travail du processus de fabrication. Le bois, parce qu'il était facile d'accès et informe, fut un de ses matériaux majeurs, jusqu'à l'épuisement. "Pas un beau morceau de bois, pas un morceau riche avec une histoire compliquée, mais un morceau, quelque chose de largement suffisant pour amorcer quelque chose." 1.

À partir du milieu des années 1970, il travaille avec des résines de synthèse appliquées pour envelopper des pierres, du bois, des ossements ou encore des poissons. La résine stratifiée fut un élément important de son travail, lui permettant de recouvrir, de dénaturer le matériau. Elle lui permit d'obtenir des nuances de transparence ou de couleur, de relier, de modeler.
La pierre vint après le bois proposer un nouvel élan au travail du sculpteur. Toni Grand les ramassait et les gardait telles qu'elles, comme sujet de départ.  Tout comme les ossements utilisés pour la sculpture Cheval majeur, la pierre enrobée dans le stratifiée ne laisse pas apparaître les traces du travail réalisé, elle existe comme un tout informe et difficilement pénétrable.
Les poissons, souvent des congres ou des anguilles, ne rentrent pas non plus pour l'artiste dans une dimension symbolique, affective ni provocatrice. Seulement un matériau, avec ses qualités et ses défauts. "Le poisson est, au sens littéral, un matériau plus bas que terre […]. Techniquement, c'est plus facile à mettre en œuvre. Les poissons n'ont pas de poils et pas de pattes" 2.

Sa première grande exposition dans une institution date de 1976, au musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne. En 1981, il est invité à présenter ses sculptures en acier dans les salles romanes du cloître Saint-Trophime, en Arles. Il représente la France à la Biennale de Venise en 1982, (avec Simon Hantaï). En 1986, ses œuvres sont exposées dans les Galeries contemporaines du Centre Georges Pompidou (Paris) puis en 1989, au Musée des Beaux-arts de Lyon. En 1991, le Musée des Beaux-Arts de Nantes lui consacre une très importante rétrospective dans laquelle il présente un vaste ensemble de 80 dessins réalisés en 1970 et 1971. Il expose en 1993 au Musée d'Art Moderne de Céret et en 1994 à la Galerie nationale du Jeu de paume à Paris. Ses œuvres sont présentées en 2000 à la Renaissance Society à Chicago aux États-Unis. La dernière exposition institutionnelle de Toni Grand date de 2003, au Musée des Beaux-Arts de Nantes à l’occasion de la présentation de la donation.

Toni Grand s'éteint à Mouriès le 29 novembre 2005. En 2007, le MAC de Marseille lui rend hommage ; en 2013, le MAMCO (Genève) lui consacre une rétrospective très complète.

Notes :
1 cf contribution de Yves Michaud in Toni Grand, Éditions du Centre Georges Pompidou 1986, catalogue de l'exposition de 1986.
2 cf article de Hervé Gauville pour Libération, 2005.

© Association Toni Grand
Toni Grand avec sa mère et ses frères.
© Association Toni Grand
Le cheval Tout-Seul, ramené par Toni Grand d'Algérie.
© Association Toni Grand
Toni Grand réalisant une sculpture dans le sud algérien.

Vidéo

Interview de Toni Grand