Exposition
Gratuit
Design
Mobilier
Installation
Sculpture

"ESPRITS DES LIEUX" À LA FRICHE DE L'ESCALETTE HÉLOÏSE BARIOL - GERARD TRAQUANDI - ADRIEN VESCOVI

-

Friche de l'Escalette
Route des Goudes
13008 Marseille
France

Comment s'y rendre ?

DU 1ER JUILLET AU 31 AOÛT 2021

+ WEEK-ENDS DE SEPTEMBRE ET OCTOBRE

Comme chaque été, prolongé cette année aux week-ends de septembre et octobre, la Friche de l’Escalette, située à l’orée du Parc national des Calanques de Marseille, offre à la visite les vestiges du remarquable patrimoine industriel de l’ancienne usine à plomb de l’Escalette.

La visite est ponctuée d’un parcours de sculptures permanent enrichi d’année en année et de deux architectures légères de Jean Prouvé.

Le Bungalow du Cameroun de Jean Prouvé transformé pour l’occasion en Bungalow du Pêcheur accueillera cette année des créations des années 1970 à1998 de Yonel Lebovici (1937-1998), situées entre design et objet d’art, sur le thème de sa grande passion: la pêche.

Trois artistes contemporains sont invités à exposer leurs œuvres, en osmose avec l’esprit... et les esprits des lieux.

C’est la terre qui inspire Héloïse Bariol avec Claustra et Gérard Traquandi avec Terres Baroques.

La terre cuite est omniprésente dans les belles briques dorées des murailles de l’Escalette.

La fusion du plomb et de l’argent, activité métallurgique exercée de 1851 à 1925 sur le site, est de même nature tellurique que la cuisson de la terre. À partir du minerai extrait du sol, l’on obtient par transformation - relevant de la magie dans les sociétés traditionnelles - des lingots de métal pur aptes à être transformés de nouveau en objets usuels ou précieux. Il en va de même pour la terre à l’état naturel, qui, modelée par la main de l’homme et cuite au four, devient brique, pot ou œuvre d’art.

Adrien Vescovi, avec Soleil Blanc, plante son décor à la croisée de l’assemblage textile et de la peinture, dans les lieux qui l’inspire. Les ruines de la Friche de l’Escalette, écrasées de soleil et battues par le Mistral, constituent un cadre à la mesure de ses immenses bannières aux ocres délavées.

Visite de l'exposition en photo