Olga Caldas - Beauté convulsive, 2018
Exposition
Gratuit
Performance
Photographie
Vidéo

Et le corps se délie Olga Caldas

-

Galerie 15Martel
15 rue Martel
75010 Paris
France

ET LE CORPS SE DELIE

Nus féminins -masculins

L’émotion se prolonge loin dans le corps devant les photographies d’Olga Caldas.

Et le corps se délie, c’est dans une histoire que nous entrons, où une parole silencieuse nous invite à la suivre. Il nous est fait signe d’approcher.

Ici, la lumière rêve, Olga est toute entière embusquée dans le miroir, sans indécence elle regarde, avec son espoir audacieux, la lumière sait qu’elle est là. Et puis, sans en contredire la première féerie, la femme mise en lumière apparaît dans la violence d’un ficelage, devant une assemblée en peluche. De la fillette ne sont réunis plus que les témoins : qui a ficelé la femme ? On approche, on la voit de plus près : puissance de la femme, même ficelée elle irradie le mouvement.

Jusqu’aux confins floconneux de la sensualité, jusqu’à s’en vêtir. Nous sommes entrés dans un secret, dans le derme d’un secret. Quelque chose avec force se raconte, cherche le regard où dérouler l’obstinée invention de son langage. Où s’en ouvrir. L’émotion prolongée rejoint en nous-mêmes une écoute, le lieu d’une acuité vient à son tour de s’ouvrir. Olga s’ouvre dans ce qu’elle a ouvert en nous. Nous sommes le futur de ses explorations, la chambre manquante dans le dédale changeant des chairs. Elle le sait.

(...)

Sarah Jalabert, écrivaine et poétesse. Paris, 2019

Visite de l'exposition en photo