Robert Gligorov, "King Fish", détail, 1996, capture d'une performance live, photo Cibachrome sur aluminium, courtesy de l'artiste et Aeroplastics, Bruxelles.
Exposition
Gratuit
Installation
Peinture
Photographie
Sculpture
Vidéo

Humanimalismes Exposition collective

-
Date et heure du vernissage
Vendredi 7 février, 2020, 18:00

Topographie de l'art
15 rue de Thorigny
75003 Paris
France

HUMANIMALISMES

La convocation artistique de l’animal, de plus en plus intense dans le champ de l’art

postmoderne, a une raison d’être « identifiante » : l’animal, à sa façon particulière,

porte un peu de notre mystère d’humain, « son-corps », en une proportion délicate à

établir, est « mon-corps ». Le « devenir animal » (Gilles Deleuze), selon une logique

anti-cartésienne, évolue en un « devenir humain ».

L’humain, lui aussi, est un « animal ». Il dérive biologiquement du même rameau

que le chien ou, en amont, que la méduse, très vieille ancêtre, au gré des

accidents naturels, du « hasard » et de la « nécessité » de l’évolution, ont pu

dire les biologistes François Jacob et Jacques Monod. « L’animal que donc

je suis », admettait le philosophe Jacques Derrida. Comment oublier que les

premières sépultures humaines cumulent ossements humains et animaux ? Que la

domestication graduelle des animaux a permis et accéléré, par l’apport d’énergie

qu’elle autorise, l’évolution matérielle des hommes ? Qu’il nous est arrivé à nous,

humains, de nous comporter comme des « animaux », en reproduisant sans égard

pour notre prochain le principe du Struggle for Life darwiniste : c’est là la thèse d’un

Giorgio Agamben lorsque, évoquant les régimes totalitaires du XXe siècle, et le

principe du droit du plus fort qui y prévaut, le philosophe italien décèle en ceux-ci

une phase sans précédent d’« animalisation de l’humanisation » (Giorgio Agamben,

Homo Sacer) ?

(...)Paul Ardenne

Visite de l'exposition en photo