Samedi 16 Février 2019 9:36 Europe/Paris | Actualisé : 16 Février 2019 13:18

DAU : vivre l'expérience d'une faille temporelle

DAU : vivre l'expérience d'une faille temporelle
DAU © Phenomen IP, 2019 - Photographer : Olympia Orlova
Largement critiquée, l'expérience conceptuelle grandeur nature menée 24h/24 au Théâtre du Châtelet, au Théâtre de la Ville et au Centre Pompidou, s'inspire des théories scientifiques conduites par le  soviétique Lev Landau. Orchestrée par le réalisateur russe Ilya Khrzhanovsky, l'exposition vous plonge au coeur de l'URSS.

De la DAUBE, DAU ? La critique est la hauteur du jeu de mot… Cette folle expérience orchestrée par Andreevich Khrzhanovsky, à laquelle je me suis frottée sur plusieurs jours est déroutante et géniale. La surprise commence par des retrouvailles avec les salles des Théâtres du Châtelet et de la Ville.

Mises à nue, jusqu’à leur béton originel, dans une beauté stalinienne rehaussée de feuilles d’or et de jeux de miroirs, les salles nous brutalisent et nous absorbent. Chacun est encore libre de son choix : résister à l’atmosphère grise et pesante ou succomber à la violente tentation de faire partie de l’expérience en se pliant à la planification culturelle qui défile sur les écrans…Films, enregistrements, concerts, happenings achèvent de déconstruire les derniers repères spatio-temporels et les inhibitions.

Tout est alors permis : remonter dans le temps, se rassurer auprès d’inconnus, public égaré ou cobayes consentants téléportés avec leur environnement, échanger avec un professionnel de la croyance affecté au hasard, être caressé par la divination d’un chaman de Sibérie sous l’oeil mort d’une peau de loup de salon… Il vous reste ce week-end pour découvrir les chambres secrètes (et il y en a…), qui vous mèneront, le choix est-il permis ?, vers plus d’humanité.
Samedi 16 Février 2019 9:36 Europe/Paris | Actualisé : 16 Février 2019 13:18