Salon des Réalités Nouvelles

L'abstraction géométrique avait connu un certain succès avant guerre à travers le groupe Abstraction-Création. Au sortir de la guerre l'abstraction connaît un regain d'intérêt, ne serait-ce que parce que les artistes fuient toute représentation humaine depuis la découverte des horreurs du conflit. Cette tendance à l'abstraction est encore renforcée par la création du Salon des Réalités Nouvelles.
Initiée par le collectionneur Frédo Sidès et les artistes Jean Arp, Sonia Delaunay, Felix Del Marle, Auguste Herbin, Nelly Van Doesburg, Antoine Pevsner, la première édition du Salon des Réalités Nouvelles se tient à Paris du du 19 juillet au 18 août 1946. Elle réunit 84 artistes et célèbre la mémoire de Robert Delaunay, décédé en 1941.
Quant à l'expression "Réalités Nouvelles" si elle est bien née en 1912 sous la plume de Guillaume Apollinaire, elle affirme une filiation évidente avec l'exposition organisée par Frédo Sidès et conçue par Sonia et Robert Delaunay Galerie Charpentier en 1939 au 76 rue du Faubourg-Saint-Honoré.
Toujours actif, le Salon des Réalités Nouvelles n'a jamais cessé d'exister depuis son lancement...
 

Delaunay, Salon des Réalités Nouvelles, 1946
Kupka, Salon des Réalités Nouvelles, 1946

Principales expositions: 

Salon des Réalités Nouvelles, Palais des Beaux-Arts de la ville de Paris, du 19 juillet au 18 août 1946 ; Salon des Réalités Nouvelles, Beaux-Arts de la Ville de Paris, du 21 juillet 1947 au 18 août 1947 ; Salon des Réalités Nouvelles, Palais des Beaux-Arts de la Ville de Paris, du 23 juillet au 30 août 1948 ; Salon des Réalités Nouvelles, Floralies de Vincennes, du 5 avril au 5 mai 1973 ; Salon des Réalités Nouvelles, 19 rue de Vaugirard, Paris, du 25 avril au 13 mai 1979 ; Salon des Réalités Nouvelles, Grand Palais, Paris, du 4 au 10 novembre 1988.

Textes fondateurs: 

Premier MANIFESTE du Salon des REALITES NOUVELLES, 1948.
Qu'est-ce que l'Art abstrait non-figuratif et non-objectif ? Sans lien avec le monde des apparences extérieures, c'est, pour la peinture, un certain plan ou espace animé par des lignes, des formes, des surfaces, des couleurs, dans leurs rapports réciproques et, pour la sculpture, un certain volume animé par des plans, des pleins, des vides exaltant la lumière La non-représentation du monde des apparences extérieures implique une technique, tant picturale que sculpturale, n'ayant absolument rien en commun avec la technique qui découle de la conception figurative. Ces deux modes, objectif et non-objectif, s'opposant formellement en Esprit. La valeur émotive du message résultera nécessairement et uniquement de la valeur émotive intrinsèque des lignes, des plans, des surfaces, des couleurs, dans leurs rapports réciproques et des plans, des pleins, des vides exaltant la lumière. Cette valeur est essentiellement plastique et éminemment universelle. Afin de détruire une fois pour toutes la confusion créé, voulue et entretenue, nous précisons qu'on ne peut reconnaître loyalement comme abstraite non-objective toute oeuvre dont le contenu est incompatible avec les voix essentielles de l'art plastique et qui, volontairement ou involontairement, s'oppose en tout ou en partie aux définitions théorique et technique précisées ci-dessus. Lors de notre dernier Salon quelques remarques nous ont été faites quant à la qualité de certaines oeuvres qui y figuraient. Mais ainsi que nous l'avons dit dans la préface de notre deuxième cahier, il s'agissait d'abord de faire le rassemblement des artistes dont les oeuvres répondaient à nos conditions d'admission, c'est-à-dire la non-figuration. Ce dénombrement étant terminé, un examen plus sévère interviendra désormais dans le droit d'admission et les artistes dont les oeuvres paraîtraient insuffisamment préparées, ou présenteraient des faiblesses ou facilités, seront amicalement priés, dans leur propre intérêt, de remettre la présentation de leurs oeuvres au moment où celles-ci seront au point. Monsieur Raymond Cogniat, en toute objectivité et avec une courtoisie dont il ne se départit jamais, a fait allusion dans un de ses récents éditoriaux à cette mesure qui s'impose, vu l'afflux des nouveaux participants, mesure que nous avions annoncée dès avant l'ouverture de notre troisième Salon. Le rayonnement de notre mouvement dans le monde est tel que, cette année, dix-sept nations étaient représentées à notre Salon par les oeuvres non-figuratives de leurs peintres et sculpteurs. Mais n'oublions pas que tout mouvement d'art vivant s'est toujours heurté, dans ses premières manifestations, à l'hostilité des forces d'incompréhension et de malveillance et si nous rendons ici hommage à l'administration des Beaux-Arts de la Ville de Paris et à la Direction des Arts et des Lettres qui, dès nos débuts, ont soutenu nos efforts, ainsi qu'aux hautes personnalités qui nous ont fait l'honneur de figurer dans le Comité de patronage et à tous ceux qui, dans la presse, nous ont encouragés, nous dénonçons par contre les manoeuvres de certains personnages et groupements qui, dans un but intéressé, tentent vraiment d'annihiler notre apport dans l'évolution créatrice de l'Art, trahissant par là leurs obligations essentielles qui consistent à révéler au public et à assurer impartialement le rayonnement de tout mouvement nouveau en art. A ces forces malveillantes vient s'adjoindre parfois la prétention d'écrivains, heureusement peu nombreux, qui, sans culture préalable, ignorant tout des origines de la technique et du développement de l'art non-figuratif, au lieu de faire honnêtement des comptes rendus étayés par des arguments dans le cadre d'une critique loyale et objective, s'improvisent critiques d'art. De plus, tout un monde parasitaire pour qui une oeuvre d'art n'a d'autre valeur que sa valeur marchande, gravite sans relâche autour de certaines galeries et marchands dont ils épousent les intérêts. Dès le début de notre mouvement ils ne nous ont donné à choisir qu'entre l'ironie et leur incompréhension et l'étouffement par le silence. Ils renouvelaient là le scandale des débuts de l'impressionnisme, tous d'accord pour dénaturer et falsifier nos efforts et nos oeuvres, tromper, encore et toujours, le public afin de sauver les fonds de magasins menacés. Le rôle social et humain de l'art est bafoué et vilipendé. Les oeuvres conçues et réalisées dans le plus grand désintéressement sont maintenues dans l'ombre et leurs auteurs dans la misère. Depuis trente ans les oeuvres abstraites sont éliminées systématiquement de toutes les manifestations officielles, en France et à l'étranger, la Biennale de Venise de 1948 est la dernière en date de cet escamotage. Les brimades des Salons qui composent l'Entr'aide des Artistes, l'obligation qui nous est faite d'organiser notre Salon pendant les vacances écartent une grande partie du public parisien de nos manifestations. Ne serait-il pas juste, ne serait-il pas normal, du seul point de vue culturel, qu'une meilleure place nous soit donnée dans le calendrier des expositions, alors que des milliers d'oeuvres plus ou moins semblables, sans aucune utilité culturelle, incombent les murs des locaux officiels pendant toute l'année ? Depuis trente ans, les injures, les falsifications sont les moyens ordinaires de certains critiques à l'encontre des oeuvres abstraites. Désigner comme abstraites des oeuvres qui ne sont pas ou qui le sont médiocrement et faussement passer sous silence celles qui le sont véritablement, complètement en fait et en esprit. Falsifier l'histoire, nous supplier purement et simplement du nombre des artistes vivants comme on a pu le constater tout récemment dans certaine presse et dans une préface éditée par une galerie, toute cela n'a aucun rapport avec ce qui peut être considéré comme "La Critique", comme les droits de la critique et son devoir. Contrairement à ce qu'il était permis d'espérer, le Parti Communiste, sans raisons valables, a cru bon de prendre une position d'hostilité contre l'Art abstrait non-objectif. Sans appuyer sur la contradiction de cette attitude avec celle de ses premiers dirigeants, nous persistons à considérer que toute démagogie en art engendre infailliblement l'idolâtrie qui conduit à l'esclavage et nous revendiquons plus que jamais la liberté d'expression, la réalisation d'un art que nous considérons comme le plus humain, comme le plus apte à élargir, approfondir la conscience de l'Homme, contribuant ainsi à sa libération, tant sur le plan matériel que sur le plan spirituel. Un véritable créateur ne travaille pas pour le bifteck. Les vrais créateurs n'ont jamais fait fortune. Les influences du milieu, les effets des conditions sociales, les marques des joies ou des souffrances éprouvées par l'être matériel disparaissent avec lui. Malgré la mort des civilisations, ce qui reste et restera toujours vivant dans les oeuvres, à travers les siècles, ce qui étonnait si fort Marx et ce qu'un matérialiste exclusif ne peut comprendre, c'est l'essence propre de l'Art, c'est-à-dire l'expression de l'élément spirituel de l'homme par les moyens propres à l'Art. A la majorité de nos membres, nous avons jugé indispensable de publier le présent manifeste en vue de dissiper toutes confusions à l'occasion des prochaines et inéluctables manifestations d'Art Abstrait non-figuratif et non-objectif.

Artistes associés: 

Jean Arp, Sonia Delaunay, Jean Dewasne, Felix Del Marle, Auguste Herbin, Nelly Van Doesburg, Antoine Pevsner.

Artistes à rapprocher: 

Chafik Abboud, Max Ackermann, Henri-Georges Adam, Robert Adams, Nadir Afonso, Fermin Aguayo, Mohamed Aksouh, Josef Albers, Pierre Alechinsky, Nicolas Alquin, Jean-Pierre Ancel, Aagaard Anderseen, Willy Anthoons, Karel Appel, Theodore Appleby, Carmelo Arden-Quin, Jean Arp, Nasser Assar, Genevieve Asse, Jean-Michel Atlan, François Aubrun, Claude Augereau, Armand Avril, Rudi Baerwind, Olle Baertling, François Baron-Renouard, Ezekiel Baroukh, Tristan Bastit, Rudolph Bauer, Willi Baumeister, William Baziotes, Guillaume Beaugé, Hanna Ben-Dov, Roger Bensasson, Etienne Béöthy, Beppo, Claudine Béréchel, Hubert Berke, Charles Bézie, Étienne Béothy, Paul Berçot, Jean Bertholle, Rosette Bir, James Bischop, Julius Bissier, Roger Bissière, Albert Bitran, André Bloc, Pierrette Bloch, Simone Boisecq, Ilya Bolotowsky, Francis Bott, Christine Boumeester, Marcel Bouqueton, Claude Bourguignon, Silvano Bozzolini, Léo Breuer, Daniel Buren, James-Jacques Brown, Camille Bryen, David Budd, Alberto Burri, Jacques Busse, Laurent Bout, Damien Cabanes, Calern, Georges Canguilhem, Agustin Cárdenas, Anita de Caro, Jean Cardot, Tonia Cariffa, Nicolas Carrega, Rolf Cavael, Albert Chaminade, Jacques Chantarel, Roger Chastel, Gaston Chaissac, Jean-Gabriel Chauvin, Chen Zhen, Chu Teh-Chun, Paul Cognasse, Georges Collignon, Gérald Collot, Pïetro Consagra, Jeanne Coppel, Nadine Cosentino, Ivan Contreras-Brunet, Corneille, William Copley, Pierre Courtin, Bertrand Créac’h, Carlos Cruz-Diez, Jean Couy, Dado, Dikran Daderian, Alan Davie, Olivier Debré, Jo Delahaut, Beauford Delaney, Robert Delaunay, Sonia Delaunay, Roger Desserprit, Michèle Destarac, Jean Dewasne, Jean Deyrolle, François Dezeuze, Cicero Dias, Thierry Diers, François Dilasser, Gaetano Di Martino, Mokhtar Djaafer, Theo van Doesburg (Salon 1946, hommage), César Domela, Ottomar Domnick, Piero Dorazio, Bertrand Dorny, Robert Droulers, Marcel Duchamp, Raymond Duchamp-Villon, Suzanne Duchamp, Natalia Dumitresco, Jacques Duthoo, Jean Edelmann, Vikking Eggeling, Simona Ertan, Étienne-Martin, Jean-Marc Ehanno, François-Xavier Fagniez, Josef Fassbender, Geert van Fastenhout, Fred Fathwinter (Franz Alfred Teophil Winter), Jean Fautrier, Gerhard Fierz, Perle Fine, Marcel Fiorini, Adolf Fleischmann, Georges Folmer, Lucio Fontana, Robert Fontené, Christian Fossier, Sam Francis, Paul-Henri Friquet, Otto Freundlich, Erich Fuchs, Alexandre Garbell, Oscar Gauthier, Rupprecht Geiger, Michel Geminiani, Jacques Germain, Marc Giai-Miniet, Roger-Edgar Gillet, Marcel Gili, Émile Gilioli, Lino de Giuli, Albert Gleizes, Henri Goetz, Leon Golub, Jean Gorin, Adolph Gottlieb, Jean-Marie Granier, Pierre Graziani, Ramon Grimalt, Pierre-Martin Guéret, Mino Guerrini, Michel Guino, José Guinovart, James Guitet, Hans Haacke, Henri Hamm, Henry Hartley, Hans Hartung, Emile Hecq, Robert Helman, Charlotte Henschel, Auguste Herbin, Barbara Hepworth, Carmen Herrera, André Heurtaux,Francine Holley, Carl Holty, Gottfried Honneger, John Hoyland, Michel Humair, Hundertwasser, Albert Irvin, Michèle Iznardo, Alexandre Istrati, Shirley Jaffe, Christian Jaccard, Robert Jacobsen, Elvire Jan, Mieczyslaw-Tadeus Janikowski, Gwen Jégou, Paul Jenkins, François Jousselin, Horst Egon Kalinowski, Paul Kallos, Vassily Kandinsky, Ellsworth Kelly, Ida Kerkovius, Mohammed Khadda, Ladislas Kijno, Chuta Kimura, William Klein, Franz Kline, Henri Komatis, Georges Koskas, Jeanne Kosnick-Kloss, František Kupka, Xavier Krebs, Nam Kwan, Bernard Gabriel Lafabrie, Claude Lagoutte, Jacques Lagrange, David Lan-Bar, Robert Lapoujade, Berto Lardera, Gerard Lardeur, Peter Lanyon, Louis le Brocquy, Jean-Marie Ledannois, Caroline Lee, Jean Legros, Pierre Lemaire, Jean Le Moal, Marcel Lempereur-Haut, Eugène Leroy, Jean Leppien, Fernando Lerin, Pierre Lesieur, John Levee, Erik Levesque, Henry Lhotellier, Riccardo Licata, Bengt Lindström, Xavier Longobardi, Karl-Jean Longuet, Louttre.B, Richard Luboski, Guy de Lussigny, Alberto Magnelli, Max Hermann Mahlmann, Pascal Mahou, Kasimir Malevitch, Emile Malespine, Alfred Manessier, Maria Manton, Alice Mason, Raymond Mason, Georges Mathieu, Nelly Marez-Darley, André Marfaing, Antoine de Margerie, Galliano Mazzon, Robert Meiffret, Georg Meistermann, Jean Messagier, Joan Mitchell, Jean Miotte, Manfred Mohr, Raymond Moisset, Piet Mondrian, Moholy-Nagy, Gianni Monnet, Marie Morel, François Morellet, G. L. K. Morris, Richard Mortensen, Wilfrid Moser, Marlow Moss, Robert Motherwell, Vladimir Moulin, Fély Mouttet, Bruno Munari, Bernard Munch, Robert Munford, Zoran Mušič, Louis Nallard, Juan Navarro Ramón, Aurélie Nemours, Mario Nigro, Henri Nouveau, Eric H. Olson, Petar Omčikus, Xavier Oriach, Assumpció Oristrell, Olive Tamari, Felicia Pacanowska, Vera Pagava, Kjell Pahr-Iversen, Ervin Patkaï, Jacqueline Pavlowsky, Ruggero Pazzi, Orlando Pelayo, Francis Pellerin, Anton Pevsner, Jean Piaubert, Francis Picabia, Pablo Picasso, Abraham Pincas, Moreno Pincas, Jean-Pierre Pincemin, Arthur-Luiz Piza, Serge Poliakoff, Andrée Pollier, Charles Pollock, Marcel Pouget, Mario Prassinos, Henri Prosi, Bernard Quentin, Mario Radice, Albert Rafols-Casamada, Yvanhoé Rambosson, Bernard Rancillac, Marie Raymond, Hilla Rebay, Hans Reichel, Serge Rezvani, Manlio Rho, Renato Righetti, Jean-Paul Riopelle, Otto Ritschl, Jean-Pierre Rives, Maurice Rocher, Dana Roman, Victor Roman, Georges Romathier, Antoni Ros Blasco, Mimmo Rotella, François Rouan, Guy de Rougemont, Jean Rustin, Robert Saint-Cricq, Nino di Salvatore, Greta Saur, Satoru Sato, Paolo Scheggi, Gerard Schneider, Nicolas Schöffer, Kurt Schwitters, Pino della Selva, Simone Servanes, Michel Seuphor, Jean Signovert, Joseph Sima, Gustave Singier, Thierry Sigg, Verassimos Sklavos, Jeanne Socquet, Ettore Sottsas, Pierre Soulages, Nancy Spero, François Stahly, André Stempfel, Sam Szafran, Árpád Szenes, Yasse Tabuchi, Henri Olive Tamari, Jean-Pierre Tanguy, Antoni Tapies, Sophie Taeuber-Arp, Hamid Tibouchi, Jean Tinguely, Ann Tiné, Nadia Touami, Gérard Traquandi, Joël Trolliet, Giulio Turcato, Raoul Ubac, Georges Valmier, Bram van Velde, Geer van Velde, Georges Vantongerloo, Victor Vasarely, Paule Vezelay, Maria Elena Vieira da Silva, Claude Viallat, Jean Villeri, Jacques Villon, Jacques Vimard, Antonino Virduzzo, Paul Virilio, Gérard Vulliamy, Isabelle Waldberg, Nicolaas Warb, Madeleine Weber, John Wells, François Willi Wendt, Theodor Werner, Fritz Winter, Wols (Alfred Otto Wolfgang Schulze), Jean Xceron, Yvaral, Irène Zack, Léon Zack, Zao Wou-Ki, Xavier Zevaco.

Courant, mouvement, lieu à rapprocher: