CoBrA

CoBrA est un acronyme géographique mis pour Copenhague, Bruxelles et Amsterdam. Né le 8 novembre 1948 au café Notre-Dame, quai Saint-Michel à Paris, le mouvement prend ses racines dans un Surréalisme que son inventeur, le poète Christian Dotremont veut « révolutionnaire », alors que naît déjà l’Abstraction lyrique. Un maître mot chez ses fondateurs : célébrer l’alliance du poète et du peintre ! Dégagé de toute convention occidentale dont la guerre vient d’exprimer la faillite, l’artiste revendique le geste primitif et animal, une régression consciente qui mène au subconscient.

 

Dissout en 1951, CoBrA perdure bien au-delà de sa mort officielle pour unir des artistes à travers toute l’Europe. « CoBrA, c’est le mélange non dosé de l’origine première par des origines immanentes pour une origine future », Christian Dotremont.

Corneille et Constant lisant la revue Reflex, 1949
Le groupe CoBra entre au Stedlejik Museum, Amsterdam, 1949

Principales expositions: 

Exposition internationale d'art expérimental CoBra, Stedeljik Museum, Amsterdam, du 3 au 28 novembre 1949 qui donnera lieu à la publication du tract "... Et je ne vais dans les musées que pour enlever les muselières" ; Cobra, Librairie 73, mars 1951.

Textes fondateurs: 

La Cause était entendue
Les représentants belges, danois et hollandais à la conférence du Centre Internatiopnal de Documentation sur l’Art d’Avant-Garde à Paris jugent que celle-ci n’a mené à rien. La résolution qui a été votée à la séance de cloture ne fait qu’exprimer le manque total d’un accord suffisant pour justifier le fait même de la réunion. Nous voyons comme le seul chemin pour continuer l’activité internationale une collaboration organique expérimentale qui évite toute théorie stérile et dogmatique. Aussi décidons-nous de ne plus assister aux conférences dont le programme et l’atmosphère ne sont pas favorable à un développement de notre travail. Nous avons pu constater, nous, que nos façons de vivre, de travailler, de sentir étaient communes ; nous nous entendons sur le plan pratique et nous refusons de nous embrigader dans une unité théorique artificielle. Nous travaillons ensemble, nous travaillerons ensemble. C’est dans un esprit d’efficacité que nous ajoutons à nos expériences nationales une expérience dialectique entre nos groupes. Si, actuellement, nous ne voyons pas ailleurs qu’entre nous d’activité internationale, nous faisons appel cependant aux artistes de n’importe quel pays qui puissent travailler – qui puissent travailler dans notre sens. Centre surréaliste-révolutionnaire de Belgique : Dotremont, Noiret. Groupe expérimental danois : Jorn. Groupe expérimental hollandais : Appel, Constant, Corneille. Paris, le 8 novembre 48. Nom et adresse provisoire : Cobra, 32, rue des Eperonniers, Bruxelles.
"... ET JE NE VAIS DANS LES MUSÉES QUE POUR ENLEVER LES MUSELIERES."
Au moment de quitter le sol hospitalier de la Hollande, nous "Tito belge" (1) et secrétaire de l'Internationale des Artistes Expérimentaux, "danger pour l'état hollandais (2) et rédacteur en chef de "Cobra", "nudiste" (3) et "poète français" (4), "secrétaire de la fédération bruxelloise du Parti communiste" (5) et "expérimentateur - pour - l'expérimentation" (6), tenons à remercier la presse hollandaise pour avoir dévoilé avec une beauté généreuse son haut souci de ne pas exactement informer ses lecteurs. Nous buvons au Stedelijk Museum d'Amsterdam un demi-verre d'eau, et la presse hollandaise imprime que nous en avons bu trois (7). Nous donnons les recherches de l'historien soviétique C.P. Tolstoff (8) pendant la guerre comme exemple de nécessité pour les artistes qui cherchent de chercher encore malgré le danger de la guerre, et la presse hollandaise nous accuse d'être agent politique. Comme vos informations, Messieurs, doivent être justes lorsque vous parlez de l'Indonésie, de l'Indochine, du Congo ou du Bénélux ! Mais si vos informations ne sont fausses que lorsqu'il s'agit de moi, alors, Messieurs, merci pour cet honneur. Parce que j'ai employé le mot soviétique, nous parlez de mon éloge dithyrambique (9) de l'Union Soviétique. A ce compte suffirait-il pour ne point être agent soviétique de dénoncer les recherches des physiciens américains. A ce compte suffirait-il pour être agent vatican de jurer par le nom de Dieu. Mais quel est le pays que la plupart d'entre vous accusent d'être tout entier au service de la guerre ? N'est-ce pas la moindre des choses que par considération de votre opinion générale j'emprunte à l'Union Soviétique qui ne me l'a point donné, un de mes arguments pour la suite de l'expérimentation, contre la gloutonnerie de la politique ? En vérité, Messieurs, vous sentez-vous donc si faibles et pensez-vous donc si puissante l'Union Soviétique que l'adjectif qui la désigne jusque dans vos colonnes et jusque dans vos atlas et jusque dans les discours de Spaak vous fasse avaler de travers ? Hélas, je n'ai pas le temps de vous psychanalyser. Il est vrai que vous protestez parce que personne n'aurait compris ma "litanie" (10). Vous faites pourtant comme si vous l'aviez comprise, vous prétendez la résumer. Mais j'en tombe avec vous d'accord. Messieurs, vous ne comprenez pas le français, sauf, peut-être, précisément, le mot soviétique, que vous n'avez pas voulu trop hollandaise, et le mot merde, qui fait bon ménage avec vos oreilles, mais à quoi pour la première fois vous avez laissé donner vos pages "une" la vivacité dont elles ne sont très généralement pas prodigues. Il me faut ajouter, Messieurs, que la méthode que vous avez choisie pour enseigner à vos lecteurs et à vous-mêmes le français, n'est pourtant pas efficace. Ni celle que vous avez choisie pour répandre le hollandais : vous ne l'avez même pas félicité d'avoir terminé en hollandais mon allocation, vous n'avez pas souligné que j'ai ajouté celle-ci dans une élan quasi wagnérien les mots toujours justes de "schild en friend" (nécessairement non prévus dans le plan du poète spontané Lucebert) - et vous n'avez pas relevé les fautes de divers ordres que j'ai commises. Je vous fais, en conséquence, une première proposition, offrez-moi avec la simplicité de l'âme hollandaise, une dictionnaire, une grammaire et, pour que j'aie en outre l'accent, une opération de la gorge. Mon allocution de vingt minutes ayant d'autre part donné quelques centaines d'heures de travail à quelques dizaines de journalistes linotypistes et de spécialistes de l'à-côté, je vous propose deuxièmement avec la simplicité de l'âme belge, que la prochaine fois (notamment lorsque je parlerai au Rijksmuseum) vous vous réunissiez, Messieurs, pour faire (comme disent encore les Français) un seul article, qui paraîtrait dans toutes vos feuilles : beaucoup moins de frais, et plus aucun risque de vous contredire. Eventuellement pourriez-vous même vous adresser à moi pour l'écrire, cet article : ce n'est pas que j'aie encore moins que vous cet esprit extrêmement dangereuse pour la bonne tenue de la presse, c'est que connaissant toute la vérité il me serait encore plus facile qu'à vous de la contredire. Christian Dotremont. (1) " Het parool" du 7-11-49. -(2) " De Volskrant" du 8-11-49. (3)" Algemeen Handelsblad" du 7-11-49. - (4) " De Tijd" du 7-11-49, etc. - (5) Jef Last dans "De Vlam" (trotzkysante) du 12-11-49. - (6) "De Waarheid" (organe du Parti Communiste Hollandais) du 8-11-49. - (7) "De Telegraaf" du 7-11-49, etc. - (8) C.P. Tolstoff :Sur les traces des antiques civilisations chwasménniennes, éd. de l'Académie des Sciences, Moscou 1948 (en russe). - (9) " De Nieuws van de Dag" du 7-11-49, etc. - (10) "De Telegraaf" du 7-11-49.

Artistes associés: 

Pierre Alechinsky, Else Alfelt, Karel Appel, Tony Appel, Jean-Michel Atlan, Morgens Balle, Ejler Bille, Eugène Brands, Pol Bury, Jacques Calonne, Hugo Claus, Georges Collignon, Jean Cox, Guillaume Corneille van Berverloo dit « Corneille », Reinhoud d'Haese, Christian Dotremont, Jacques Doucet, Jan Elburg, Sonja Ferlov, Stephen Gilbert, Karl Otto Götz, Marcel Havrenne, Henry Heerup, Karl Otto Hultén, Egill Jacobsen, Robert Jacobsen, Asger Jorn, Gerrit Kouwenaar, Ernest Mancoba, Tage Mellerup, Jørgen Nash, Knud Nielsen, Constant Nieuwenhuys dit « Constant », Joseph Noiret, Erik Ortvad, Anders Österlin, Carl-Henning Pedersen, Jean Raine, Anton Rooskens, Lubertus Jacobs Swanswijck dit Lucebert, Shinkichi Tajiri, Erik Thommesen, Lotti Van Der Gaat, Angel Vögel-Jörgensen, Raoul Ubac, Sixten Wiklund, Theo Wolvecamp, Maurice Wyckaert.

Courant, mouvement, lieu à rapprocher: 

Surréaliste-révolutionnaire, Experimentelen, Høst, Mouvement International pour un Bauhaus Imaginiste (MIBI).