close

Abstraction Lyrique

L'Abstraction Lyrique naît officiellement en 1947 sous l’impulsion de Georges Mathieu et du critique Jean-José Marchand, connu notamment pour sa série filmée des Archives du XXe siècle. L'Abstraction Lyrique puise ses racines chez Vassily Kandinsky, dans les premiers travaux de Hans Hartung mais aussi chez Joan Miro. Elle donnera ensuite naissance à l’Art Informel, au Tachisme, à l'Action Painting. A la rigueur des formes géométriques, l’Abstraction Lyrique substitue l’émotion du geste sur la toile. Le mouvement, en concurrence avec la nouvelle peinture américaine incarnée par Jackson Pollock, marque les derniers instants d’une suprématie artistique européenne sur le reste du monde.

L'art sera bientôt sous influence américaine.

l'Imaginaire, en présence de Riopelle et Leduc, 1947

Principales expositions: 

L’Imaginaire, Galerie de Luxembourg, Paris, décembre 1947 ; HWPSMTB, Galerie Colette Allendy, juillet 1948 ; Perspectives Gallery New York, novembre 1949 ; Véhémences confrontées, Galerie Nina Dausset, mars 1951.

Textes fondateurs: 

Vers l'abstraction lyrique
"l'imaginaire Galerie du Luxembourg 15. Rue Gay-Lussac. 15 PARIS Ve - DANton 00-25 Tous les jours de 10 h. à midi et de 15 h. à 18 heures. excepté le vendredi. Une seule tradition est valable : celle de la création absolument libre. Cette vérité n'a pu être obscurcie qu'avec la prise de conscience par l'artiste moderne d'une séparation possible entre "la forme" et le "fond", c'est-à-dire entre la technique et l'inspiration. A partir de Léonard de Vinci, la technique est posée comme une fin en elle-même. (Il est vrai que la passion du beau, indépendamment de tout "contenu" est si riche qu'elle permet aux plus grands artistes, un Poussin, un Cézanne d'exprimer leur complexe personnalité). En face de l'art classique, s'affirme l'art baroque ; en face de Cézanne, Van Gogh. L'histoire sur le tard de la décomposition humaniste de la civilisation chrétienne "totale" s'achève dans le subjectivisme dont l'expression dernière est en peinture un art non figuratif. Or les deux lignées y subsistent nécessairement : d'un côté l'abstractivisme cézannien, constructivisme ou néo-plasticien ; de l'autre, l'abstractivisme lyrique. Cette exposition réunit, à l'exception de Van Gogh, les peintres qui, de Picasso au tout jeune Verroust, se situent à la pointe du combat pour un lyrisme dégagé de toutes les servitudes et des pseudo-problèmes. Il est remarquable que cette tendance retrouve ainsi la simplicité qui précède les naissances. Désormais la voie est libre. C'est aux peintres de nous montrer comment ils utilisent cette liberté. Jean-José Marchand.

Artistes associés: 

Jean Arp, Jean-Michel Atlan, Martin Barré, Jean Bazaine, Anna-Eva Bergman, Jean Bertholle, Roger Bissière, Albert Bitran, Francisco Bores, Francis Bott, Victor Brauner, Camille Bryen, Olivier Debré, Jean Degottex, Pierre Dmitrienko, Jacques Doucet, Natalia Dumitresco, Maurice Estève, Jean Fautrier, Luis Feito, Pierre Fichet, Sam Francis, Oscar Gauthier, Jacques Germain, Roger-Edgard Gillet, Léo Gischia, James Guitet, Simon Hantaï, Hans Hartung, Philippe Hosiasson, Alexandre Istrati, Elvire Jan, Paul Jenkins, John-Franklin Koenig, Pierre-César Lagage, André Lanskoy, Charles Lapicque, René Laubiès, Fernand Leduc, Jean Le Moal, Alfred Manessier, André Marfaing, André Masson, Georges Mathieu, Jean Messagier, Henri Michaux, Louis Armand Nallard, Serge Poliakoff, Marie Raymond, Hans Reichel, Jean-Paul Riopelle, Gérard Schneider, Joseph Sima, Gustave Singier, Maria-Elena Vieira da Silva, Solier, Pierre Soulages, Nicolas de Staël, Kumi Sugaï, Arpad Szenès, Pierre Tal Coat, Michel Tapié, Raoul Ubac, Louis van Hint, Bram van Velde, Geer van Velde, Paul Verroust, Gérard Vulliamy, Wols, Zao Wou Ki.

Artistes à rapprocher: 

Vassily Kandinsky, Joan Miró.

Courant, mouvement, lieu à rapprocher: 

Paysagisme Abstrait