Abbaye de Créteil

Créé en 1906, ce groupe imaginé par les poètes Unannimistes Georges Duhamel, Georges Vilbrac et le peintre Albert Gleizes, réunit écrivains, peintres et musiciens sous la filiation et la haute bienveillance de François Rabelais et de son abbaye de Thélème : une abbaye sans abbé donc... Le groupe est institué sous la forme d'un phalanstère artistique, le premier du genre, au 37 rue du Moulin à Créteil.

Ensemble, littérateurs et peintres, envisagent de travailler de leurs mains et sans intermédiaire marchand, à l’impression et l’édition de leurs créations. La première réunion du groupe a lieu 1 an avant sa création en décembre 1905 au domicile de Charles Vildrac, rue Hector Massé à Paris. Sont alors présents Charles Vildrac et Rose Vildrac, René Arcos, Albert Gleizes, Charles Berthold-Mahn et un de ses amis de régiment.

 

Un an plus tard, grâce à l’aide financière de Henri-Martin Barzun, le groupe est officiellement créé sous la forme d'une société civile, dans une propriété bourgeoise en ruines, entourée par un parc d'un hectare.

Face aux difficultés financières, le groupe est dissout en 1908 après deux années d’existence.

Alexandre Mercereau, à la suite de cette expérience, crée la Villa Medicis Libre.

Abbaye de Créteil en réunion vers 1907
Baignade dans la Marne, Georges Duhamel, un enfant, Alexandre Mercereau, René Arcos, Albert Gleizes, 1907.

Principales expositions: 

2e exposition des peintres & sculpteurs, 49 rue Laffitte (Journal La Française), du 15 janvier au 8 février, Paris, 1908.

Textes fondateurs: 

Manifeste de la ligue des arts indépendants
Nous stigmatisons l’art officiel, prisonnier des diplômes et des académies… Plus de concours, plus de brevets, plus de loteries… A l’inertie des maîtres du poncif, nous opposons notre combativité
L'Abbaye de Créteil in Le Vieux Saint-Maur, 1908
Un discours de Paul Adam sur « l'Art et la Nation » a été édité par les soins de « l'Abbaye », « Association fraternelle d'artistes », siège social à Créteil (Seine). J'ai sous les yeux la petite brochure au millésime de 1907 - que vient de me communiquer mon collègue M. A.-M. Gossez — et qui s'achève par un extrait des « Statuts » et le tableau de « l'œuvre des membres de l'Abbaye ». Je transcris littéralement : « Quelques jeunes écrivains, poètes, peintres, dessinateurs, musiciens, voués à leur art profondément, s'interdisent les compromis et les chemins de descente auxquels sont condamnés ceux-là qui, sans fortune, prétendent vivre de leur plume et de leur pinceau. Ils veulent ardemment rester hors des basses intrigues et des compromissions. Dans cet esprit, ils fondent, loin de l'utilitarisme à outrance et des appétits, leur Abbaye; ils réalisent, toutes proportions gardées, une sorte de Libre Villa Médicis, dont les hôtes, sans aucun joug et conservant tout leur individualisme, œuvreront en toute paix, communiant dans leurs enthousiasmes, unissant leurs besoins, associant leurs ressources. Pour augmenter ces ressources de leurs arts respectifs, ils créent et exploitent, en leur Abbaye, une édition d'art et un atelier d'imprimerie lithographique et typographique dont ils seront eux-mêmes les artisans, donnant ainsi à leurs labeurs intellectuels le nécessaire complément du travail manuel. L'Association ainsi formée prend la dénomination de: L'Abbaye, Association fraternelle d'artistes. Les éditions de l'Abbaye étant destinées à grouper toutes les œuvres de valeur, hors des limites strictes de l'Association, et devant, par cela, porter une désignation plus large, la firme est ainsi libellée: Edition de l'Abbaye, groupe fraternel d'artistes. Et voici: « L'œuvre des membres de « l'Abbaye » : René ARCOS. — Poèmes: L'Ame Essentielle (1898-1903); La Tragédie des Espaces (1906). Albert DOYEN, compositeur. — Les Houles, drame symphonique en 4 parties (exécuté au Trocadéro); Ode funèbre et triomphale, à la mémoire d'Emile Zola (exécutée au Trocadéro); Mélodies sur des poésies de Verlaine; Que la lumière soit, pièce d'orgue (jouée à la Schola Cantorum, novembre 1906); Les Noces de la Terre et du Soleil, festival lyrique sur les vers de St-Georges de Bouhélier. Georges DUHAMEL, — Poèmes: Des Légendes, des Batailles (1906). Albert GLEIZES, peintre, a exposé au Salon d'Automne, au Salon des BeauxArts et en de nombreuses expositions régionales. (Prépare une série d'estampes aux Editions de l'Abbaye, et une exposition particulière.) Berthold MAHN, dessinateur-graveur, a exposé au Salon des Artistes Français (membre de la Société); a été chargé de dessiner le programme des fêtes franco-anglaises données en l'honneur du lord-maire, à Paris. Henri MARTIN. — Poésies : Feuilles au Vent (1896-1902) ; Première Muse (1903-1904); Hymne à la Vie (1905); Sincère (prose), édition de l'Art Social (1904); La Terrestre Tragédie, poème. Jacques d'OTEMAR, peintre et dessinateur, a exposé au Salon des Artistes Français; a signé avec Berthold Mahn la maquette du programme des fêtes franco-anglaises, adopté par le Conseil municipal de Paris. George PERIN. - Les Emois blottis (édition de « La Plume »); L'Expiation (Messein, édit.); La Lisière Blonde (Sansot, édit.). Jules ROMAINS. — L'Ame des Hommes' Le Bourg régénéré (Messein, édit.). Maurice ROBIN, dessinateur-peintre a exposé au Salon des Indépendants, au Salon des Beaux-Arts et en de nombreuses expositions particulières. Alexandre MERCEREAU (E. Valdor). Les Thuribulums affaissés, poèmes ; Gens de là et d'ailleurs (Darragon, édit.); Histoire de bétes. Charles VILDRAC. — Poèmes (édition du Beffroi, 1905); L'Abbaye (1907). Timbré d'une vignette représentant « l'Abbaye » encadrée de verdure, le groupe fraternel adressait cet appel : Monsieur et cher Confrère, Nous nous proposons de mettre à la disposition de tous les écrivains de valeur, l'atelier d'imprimerie et la Firme d'Editions de « l'Abbaye ». (En note : Ouvrages parus: La Tragédie des Espaces, par René Arco's (1906); Des Légendes, des Batailles, par Georges Duhamel (1906); L'Art et la Nation, par Paul Adam (1907). La publication d'une œuvre purement artistique et surtout d'une œuvre poétique, présente aujourd'hui des difficultés que nous connaissons et que nous espérons atténuer. En nous adressant leurs manuscrits, nos amis n'auront pas à traiter avec un commerçant, mais à se fier à des artistes comme eux, qui partagent leur temps entre la table de travail et la presse. Nous serions heureux, Monsieur et cher Confrère, que vous songiez à l'Abbaye pour l'édition de vos œuvres ou pour leur seule impression, si vous disposez d'une firme et nous vous prions de croire à notre sympathie confraternelle. Les Artisans de l'Abbaye. Cet appel est daté de Créteil (Seine), 35 et 37, rue du Moulin. La petite brochure de Paul Adam est sortie des presses de l'Abbaye (Créteil, Seine), 17-19, rue du Moulin, le 5 janvier 1907. Et nous situons l'Abbaye au N° 71 (actuel). , Comment expliquer ces différences de numérotage ? J'en appelle à MX. Richard et Dandois qui ont, les premiers, répondu à ma demande sur l'emplacement de l'Abbave de Créteil. (Bulletin N° 4 du « Vieux Saint-Maur ».) Henrv POUVEREAU.

Artistes associés: 

René Arcos, Henri-Martin Barzun, Georges Duhamel, Albert Doyen, Charles Berthold-Mahn, Albert Gleizes, Jacques dOtémar, Georges Vildrac, Henri-Martin Barzun, Lucien Linard, Alexandre Mercereau.

Artistes à rapprocher: 

Les écrivains René Arcos, Henri-Martin Barzun, Georges Duhamel, Pierre-Jean Jouve, Jules Romain, Sébastien Voirol ;
Les peintres Robert Allard, Umberto Brunelleschi, Henri Doucet, Tigrane Essaian, Elisabeth de Krouglicoff, Berthold Mahn, Maurice Robin, Ory Robin, Louis Triquigneaux ; les sculpteurs Naoum Aronson, Constantin Brancusi, Maurice Drouard, Jean de Sczezpkowski, Geo Printemps.

video: 

POÉSIE 20e – Qu’est-ce que l’Unanimisme ? (DOCUMENTAIRE, 1971)