Académie Suisse

Créée dès 1815 par le "Père Suisse", un modèle de Jacques-Louis David, l’Académie Suisse occupe un atelier à l’angle du quai des Orfèvres et du boulevard du Palais. A cette époque, le Palais de Justice n'existe pas encore et le 4 Quai des Orfèvres s'incarne dans une vieille bâtisse dont le second étage était occupé par un arracheur de dents. Une plaisanterie consistait à mettre sur la porte de l'atelier une panneau dentiste pour que les femmes y entrent et découvrent les rapins en pleine séance de nus masculins. Contrairement aux autres Académies, on n’y reçoit aucun enseignement. En revanche Martin François Suisse offre aux artistes démuni, contre une somme dérisoire de 10 francs, de quoi travailler et bénéficier des services d’un modèle. Une offre qui lui permit d’accueillir et de recevoir ceux qui allaient devenir les plus grands noms de l’Impressionnisme. A la mort du Père Suisse en 1859, la maison est reprise par son neveu Charles Suisse, qui décède en 1871. L’Académie Suisse déjà renommée Académie Suisse-Cabressol, est rachetée par le sculpteur Filipo Colarossi qui la transforme en Académie de la Rose avant de lui faire quitter le quartier du Quai des Orfèvres pour la rue de la Grande Chaumière en 1870. Elle devient alors l’Académie Colarossi, puis Académie de la Grande Chaumière.

Artistes associés: 

Frédéric Bazille, Richard-Parkes Bonington, Arnold Böcklin, François Bonvin, Joseph Laurent Daniel Bouvier, Félix Bracquemond, Carolus-Duran, Paul Cézanne, Jean-Baptiste Corot, Gustave Courbet, Honoré Daumier, Eugène Delacroix, Edgard Degas, Achille Emperaire, Louis Français, Eugène Franc-Lamy, Armand Guillaumin, Antoine Guillemet, Alfred Guillou, Paul Huet, Fantin Latour, Henry Lerolle, Maximilien Luce, Édouard Manet, Charles-Henri Michel, Claude Monet, Théophile Poilpot, Ludovic Piette, Camille Pissarro, Auguste Préault, Auguste Raffet, Pierre-Auguste Renoir, Alfred Sisley, Claude Emile Schuffenecker, Philippe Solari, Robert Wylie.

Courant, mouvement, lieu à rapprocher: