close

Ecole de Nice

L’École de Nice n’est pas en soit un courant artistique. Elle fédère plutôt un ensemble d’artistes, unis par un espace géographique sur la base d’affinités électives, en « une vraie salade niçoise » qui se réunit dans les cafés : au Provence, au Biarritz, au Café de Turin ou au Félix-Faure. Né à la fin des années 50, défendu par Jacques Lepage et le galériste Alexandre de la Salle, le mouvement se situe à la croisée des chemins entre Nouveau Réalisme, Fluxus, Supports-Surfaces et incarne bien les soubresauts artistiques nés en région dans le courant des années 60, capables de dépasser le centralisme parisien pour s’octroyer une reconnaissance internationale et faire face au géant américain. Le mouvement est officiellement dissout à Vence, après 50 ans d’existence le 4 décembre 2010 au musée Rétif, au cours de performances menées respectivement par Pierre Pinoncelli et Jean Mas.

Principales expositions: 
Galerie Alexandre de la Salle en 1967, Ecole de Nice ? ; Galerie Jean Ferrero, du 14 octobre au 5 janvier 1973, 10 ans de l’Ecole de Nice ; Galerie Alexandre de la Salle en 1977, Ecole de Nice ! ; Galerie Alexandre de la Salle en 1987, Ecole de Nice… ; Galerie Alexandre de la Salle en 1997, Ecole de Nice.
Artistes associés: 
Marcel Alocco, Arman, Daniel Biga, Georges Brecht, Louis Cane, Louis Chacallis, Max Charvolen, Albert Chubac, Erik Dietman, Noël Dolla, Jean-Claude Farhi, Robert Filliou, Roland Flexner, Armand Gette, Claude Gilli, Vivien Isnard, Yves Klein, Serge Maccaferri, Robert Malaval, Jacques Martinez, Jean Mas, Martin Miguel, Bruno Mendonça, Nivèse, Serge III Oldenbourg, Bernard Pagès, Pierre Pinoncelli, Martial Raysse, Guy Rottier, Patrick Saytour, Sacha Sosno, Bernard Taride, André Valensi, Benjamin Vautier, Bernard Venet, Edmond Vernassa.
Artistes à rapprocher: 
Claude Viallat, arrivé à la fin des années 60 à Nice ; mais aussi César qui ouvre un atelier dans le vieux Nice.
Courant, mouvement, lieu à rapprocher: 
Le Nouveau Réalisme, Supports Surfaces, Groupe 70.